dimecres, 1 d’octubre de 2008

SKI-ALPINISME Blanc positif à l'EPO : suspendu pour au moins deux ans


par La Rédaction du DL | le 01/10/08 à 08h15

0 vote | 35 vues | 0 commentaire Agrandir Réduire Imprimer Envoyer

Le contrôle anti-dopage opéré sur Patrick Blanc, à l'issue de la célèbre course suisse de la Patrouille des Glaciers, le 19 avril, s'est révélé positif à l'EPO. L'échantillon B a confirmé hier le premier résultat. À 36 ans, le skieur tricolore devrait être suspendu durant au moins deux ans, selon les règlements internationaux.

Dans le microcosme du ski-alpinisme, seule une poignée d'hommes compte. Patrick Blanc fait partie de ceux-là. Six titres de champion du monde et trois Pierra-Menta ont installé le natif de la Chapelle d'Abondance au sommet de la discipline, raison pour laquelle la nouvelle de son contrôle positif a fait l'effet d'une bombe.
Car depuis hier, le doute n'est plus permis. L'analyse de l'échantillon B a conforté le premier résultat : les urines de Patrick Blanc contenaient bien de l'EPO lors de la dernière Patrouille des Glaciers, que le Haut-Savoyard avait terminé à la deuxième place aux côtés de Grégory Gachet et Florent Perrier en avril dernier.

Recours en vue

Cette annonce faite par le Suisse Antoine Cina, délégué technique permanent de l'International ski mountaineering federation, met fin à un feuilleton médiatico-sportif de plus de quatre mois. En effet, si la positivité du premier échantillon a été officialisé le 29 août, le nom du skieur tricolore avait été lâché par la presse suisse dès le mois de mai. " On a fait courir une rumeur sans que l'intéressé puisse se défendre puisque lui-même n'avait aucune notification officielle, c'est inacceptable ", jugeait alors son avocat, Georges Rimondi.
" Discret et distant depuis plusieurs semaines ", selon son entourage, Patrick Blanc a fait savoir hier par la voix de son conseil qu'il n'acceptait pas ces résultats et entendait recourir " tant sur les questions de délais que sur les instances retenues pour procéder au contrôle ".
Le patron de la Patrouille des Glaciers, Marius Robyr, a d'ores et déjà prononcé une interdiction à vie de participer à cette course à l'encontre de Blanc et déclassé son équipe. Conformément au réglement de l'Ismf, le skieur français sera également suspendu de l'ensemble des compétitions durant un minimum de deux ans.

" Un sport amateur par excellence, sans enjeux financiers "

Dans le monde sportif, l'incompréhension était de mise hier. " Je suis déçu car c'est un garçon que l'on connaît bien, en qui j'avais confiance. Je ne sais pas ce qui s'est passé, d'autant que c'est un sport amateur par excellence, sans enjeux extraordinaires, surtout pas sur le plan financier. Cela me paraît vraiment incroyable ", témoigne Pierre-Henri Paillasson, directeur technique national de la Fédération française de la montagne et de l'escalade.
Stéphane Brosse, qui a couru aux côtés de Blanc en 2005 et 2006, juste avant son retrait de la compétition, affichait le même désappointement : " Je suis super déçu, d'autant plus que je suis bien placé pour savoir que c'est un sport où l'on peut courir au plus haut niveau sans se doper ".
Indépendamment de la faute individuelle, c'est aussi et surtout l'image d'une discipline jusque là associée à une certaine éthique qui est écornée.

REPÈRES
CHRONOLOGIE
19 avril 2008 : à l'issue de la Patrouille des Glaciers, le skieur français fait l'objet d'un contrôle anti-dopage.
Mai : la presse suisse lâche le nom de Blanc. Il faudra néanmoins attendre le 29 août pour que la notification officielle de la positivité du flacon A soit rendue publique.
29 septembre : l'analyse du flacon B est communiquée et confirme le premier échantillon.
POUR EN SAVOIR PLUS
Le ski-alpinisme est le terme utilisé pour la pratique en compétition du ski de montagne (utilisant des fixations mobiles à l'arrière pour remonter des pentes à l'aide de peaux de phoques placées sous les skis et enclenchant, à la descente, l'arrière des chaussures dans les fixations comme en ski de piste), mais aussi en terrain d'aventure, où les techniques de l'alpinisme sont déclinées au ski (couloir en crampon, sécurité sur glacier etc...). Les dénivelés proposés par les organisateurs sont très divers, les itinéraires sont balisés et sécurisés.

Virginie BORLET
Paru dans l'édition 38H du 01/10/2008 (90792)